logo cdte Adresses
 Contact
Prochains
Evénements
Calendrier
   Annuel
Itinéraires
  et Gîtes
Attelage Compétitions Aides
Matérielles
 
Comptes-
  Rendus

La page de l'attelage

Responsable : J.P. Munn

 Réglages des harnais

Les beaux jours reviennent, l’envie de sortir sur les chemins de la région refait surface.

Malheureusement je vois trop souvent des attelages dans lesquels je ne voudrai pas monter tant les réglages des harnais me font craindre le pire pour l’intégrité de vos compagnons tant à quatre jambes qu’à deux.

Reprenons donc en ce début de saison les bases du réglage des harnais.

Les réglages doivent être confortables pour les chevaux. La sellette ou les mantelets doivent se trouver derrière le garrot de manière à ne pas venir toucher celui-ci pendant les mouvements du cheval, ils trouvent en général naturellement leur position lorsque pour garnir, vous les posez au niveau du garrot et que vous les reculez ensuite en lissant ainsi le poil. Ils se placent à environ 10 cm en arrière du garrot. Surveiller bien qu’il ne touche pas ce dernier au risque de provoquer rapidement une blessure délicate à soigner.

Vous sanglez légèrement la sangle puis vous positionnez le reculement. Le culeron est mis en place en prenant garde de ne pas pincer de crins dans celui-ci. La longueur de la croupière est réglée pour que dans les mouvements du cheval la sellette ou les mantelets ne puissent venir toucher le garrot et que le culeron ne soit pas trop serré. On met souvent un travers de main au niveau du rein pour s’assurer de la bonne longueur.( tout dépend quand même de l’équidé et de la taille de la main). La hauteur de l’avaloire se situe à mi distance entre la pointe de la fesse et  le pli de la fesse : Il faut éviter que lors de la retenue de la voiture l’équidé ne se retrouve assis ou que l’avaloire ne lui remonte sous la queue.

La Bricole : elle doit être réglée en hauteur de manière à ne pas porter sur la pointe de l’épaule. Vaut mieux une bricole trop haute que trop basse. Soyez rassurés, votre compagnon ne s’étouffera pas si elle est trop haute, par contre, trop basse, des douleurs et des blessures sont à craindre et le moral de votre compagnon s’en ressentira au point de ne plus vouloir tirer sa voiture. Sur certains harnais, on peut régler la bricole pour que le tirage des traits se fasse dans la continuité de celle-ci sans angle néfaste.

La bride se règle également : le centre de l’œil doit se trouver entre le milieu et la ligne du tiers supérieur de l’œillère. Ouvrez bien les œillères pour éviter les frottements éventuels sur l’œil. La muserolle ne doit pas être trop basse pour permettre le basculement du mors. Son positionnement est rarement facile à obtenir du fait du glissement de celle-ci sur les montants. On doit pouvoir passer les doigts entre la muserolle et le chanfrein. Le mors est en contact avec la commissure des lèvres en veillant qu’il ne touche pas aux prémolaires vers le haut et aux crochets (pour les mâles) vers le bas. Pour le réglage de la gourmette, on veillera à obtenir un angle de 45 degrés entre le prolongement du bras du mors et le montant de bride. La gourmette étant bien naturellement bien positionnée sur son plat.

Dans un attelage en paire, les courroies de reculement sont réglées avant la mise à la voiture. L’avaloire doit venir en léger contact avec le cheval les postérieurs sont en extension. Un avaloire réglé trop lâche est inefficace voir dangereux.

Dans un attelage en simple, lorsque le cheval est en traction et ses postérieurs en extension, le reculement doit être en contact léger. Il faut aussi dans ce cas surveiller que la traction se fait bien avec la bricole et non par l’intermédiaire de la dossière.

Se garder toujours un trou de secours sur chaque réglage, une casse peu toujours arriver, ce trou là vous permettre de rentrer à l’étape.

 

Que de choses à contrôler avant de partir et ne pas oublier qu’au fur et à mesure du travail ou du repos, la morphologie de votre compagnon va se modifier. Les réglages ne sont jamais définitifs ne l’oubliez pas.


Bonnes promenades






Bienvenue dans le monde de l’attelage dit de loisir.
L’attelage de loisir n’est pas opposable à l’attelage de compétition dans les deux cas nous avons une passion avec des objectifs différents.
La promenade, la randonnée sur plusieurs jours en plus ou moins grande autonomie, une maniabilité par-ci, un TREC par-là,
un entraînement spécifique pour une route, ce sont tous des loisirs.
Souvent en attelage comme beaucoup de randonneurs équestre nous avons la chance d’avoir nos chevaux chez nous,
ce qui permet d’entretenir des liens étroits de complicité ave eux.
Mais loisirs ne veux pas dire faire n’importe quoi.
De par notre gabarit, un attelage se doit d’être encore plus vigilant sur la sécurité :
Respect du code le la route, respect des autres usagers dans les chemins.
 La sécurité c’est aussi par rapport à nos habitudes, à l’état de notre matériel, à son réglage.
La sécurité doit être par rapport à nos compagnons équidés, par rapport à nos passagers, par rapport aux autres, par rapport à nous.

    Pensons à préparer nos sorties,
 surtout quand elles ont lieu dans un secteur que nous connaissons mal,
une reconnaissance sérieuse s’impose car parfois les chemins se referment et en sont plus praticables par les attelages.
Voiture, VTT et chaussures de marche sont alors de rigueur.
 Les Nouveaux CD de l’IGN nous permettent de couvrir l’ensemble de la région pour un coût intéressant
par rapport aux cartes classiques au 1/25000, on peut cibler plus facilement sa zone de randonnée.
Des interfaces existent avec les GPS.

pause de midi traversee de village
avec cavaliers grands espaces